Lancement du mouvement des « Grands-parents pour le climat »

Au départ un constat :

Nous sommes aujourd’hui de plus en plus certains que le changement climatique va affecter le monde entier, nos ressources les plus essentielles, notre mode de vie, nos rapports sociaux, notre sécurité…L’évidence scientifique est là. Le rapport du GIEC paru fin octobre 2014 confirme l’accroissement régulier et continu des émissions de gaz à effet de serre. Il dit que les mesures politiques à prendre seraient positives pour l’économie. Il répète une fois de plus que le coût de l’inaction sera bien plus important que celui des investissements nécessaires pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, et que si on agit maintenant, il n’est pas trop tard.
…et pourtant la réponse politique à ce défi reste encore très insuffisante à la fois au niveau mondial et au niveau européen et belge.


En 2015 cependant, nous sommes dans un calendrier qui devrait réveiller la mobilisation ; la conférence de Paris en décembre 2015 doit aboutir à un nouveau protocole contraignant pour les Etats (pour remplacer celui de Kyoto) qui les engageraient à des politiques de réduction d’émissions, d’efficacité énergétique, d’investissements dans la transition et aussi à exercer une solidarité avec les pays pauvres les plus touchés par le dérèglement climatique.
C’est donc le moment où jamais pour les citoyens de se mobiliser ; et d’ailleurs les récentes mobilisations à New York ont montré un vrai réveil citoyen sur ce sujet aux Etats-Unis.

Qui sommes nous ?

Au départ, un petit groupe de grands-parents de Belgique francophone, motivés par les défis écologiques et par le lien qui nous rattache à nos petits-enfants. Prenant conscience que leur génération connaîtra l’an 2100, que le futur est devenu proche, nous aimerions contribuer à leur léguer un monde habitable, solidaire, dont les richesses naturelles seront préservées et leur permettre d’y déployer leurs talents.
Nous sommes souvent retraités mais pas tous…Nous nous sentons citoyens, et ne désespérons pas de la démocratie malgré tous ses défauts. Nous avons du temps, …(sauf quand nos enfants nous appellent pour nous occuper des petits « chicoufs »). Nous avons de l’énergie et l’envie de rester actifs et de participer à la transformation du monde. Nous avons envie de transmettre nos émerveillements, nos valeurs,…et de passer de bons moments ensemble et avec nos petits enfants !

Un nouveau mouvement ?

Les mouvements de grands parents pour le climat, …pour les générations futures, pour nos petits enfants, … existent déjà en Norvège, au Canada, en Suisse romande, …
Ils se sont donné comme objectif de mobiliser leur génération, alerter l’opinion et les responsables politiques sur l’urgence des mesures à prendre et enfin promouvoir par l’exemple des modes de consommation et des investissements « durables » et « responsables ».

Trois missions possibles

Pour se déployer, un mouvement de grands-parents en Belgique pourrait se fixer trois missions :
– augmenter la prise de conscience sur ces grandes questions et faire pression sur les décisions politiques à différents niveaux, surtout en cette période de préparation du sommet de Paris de décembre 2015 et suite à la synthèse de recommandations du GIEC. Différentes actions sont possibles de la participation aux manifestations aux conférences, diffusion d’infos, pétitions…
– se soutenir entre grands-parents pour promouvoir des modes de vie, des choix de consommation et d’investissement plus écologiques, partager nos expériences, en se référant aussi aux sources existantes
– partager, diffuser et éventuellement produire des outils de sensibilisation des petits enfants, à utiliser par les grands parents : livres, jeux, activités, créations artistiques, ….animations dans les écoles.

Mais surtout, ce mouvement fera ce que ses futurs membres décideront, en fonction de leurs envies, compétences et disponibilités !
Le but est de s’impliquer de façon autonome des pouvoirs publics, sans subsides, sur base de contributions personnelles, en faisant appel aux nouveaux outils de communication : site internet, réseaux sociaux, … et en collaborant pour les renforcer avec les mouvements existants.

Le « noyau fondateur » : Thérèse Snoy, Cécile Honhon, Bruno Goffart, Jean Michel Corre

Intéressé(e) ? : , inscrivez vous, dites nous ce que vous en pensez et pouvez apporter, ..

Et participez à notre première assemblée le samedi 31 janvier à 10 h 30 à Bruxelles, (lieu à préciser). Nous y adopterons la charte du mouvement et débattrons des actions à venir.

Partager ceci sur vos réseaux sociaux

Lecture conseillée...

Newsletter Powered By : XYZScripts.com