Les grands-parents pour le climat écrivent aux ministres de l’Environnement

Voici la lettre que nous proposons à nos membres d’adresser à nos Ministres de l’Environnement belges: (francophones),

– Madame MC Marghem, Ministre fédérale de l’Environnement et du Développement durable (51 rue de la Loi, 1040 Bruxelles)

– Madame Céline Frémault, Ministre de l’Environnement de la région de Bruxelles Capitale, 35 rue Cap Crespels, 1050 Bruxelles

– Monsieur Carlo Di Antonio, Ministre de l’Environnement pour la région wallonne, 2 chaussée de Louvain, 5000 Namur

ainsi qu’aux députés membres des Commissions Environnement et Climat dans les Parlements régionaux et à la Chambre.

 

 

Madame….la Ministre,

Monsieur….le Ministre,

 

Je suis/Nous sommes membre(s) de la génération des « grands-parents ». À ce titre je suis conscient que, comme la plupart des Occidentaux de ma génération, j’ai eu le privilège de bénéficier de 70 années de paix, de conditions de confort matériel en progression, d’une retraite et d’une santé inégalées dans l’histoire humaine. Mais je sais aussi que ma génération a contribué, en toute bonne conscience, à la situation du monde d’aujourd’hui, avec ses bons et mauvais côtés.

Cependant l’évidence scientifique est là : nous sommes aujourd’hui certains que le changement climatique va affecter le monde entier, nos ressources les plus essentielles, notre mode de vie, nos rapports sociaux, notre sécurité….

Le GIEC, dans son « résumé à l’attention des décideurs » paru fin octobre 2014, confirme l’accroissement régulier et continu des émissions de gaz à effet de serre. Il dit que les mesures politiques à prendre seraient positives pour l’économie. En tout cas, il répète une fois de plus que le coût de l’inaction sera bien plus important que celui des investissements nécessaires pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Quand l’Amazonie sera dénudée, quand la calotte polaire aura disparu, il sera trop tard. C’est aujourd’hui que des décisions politiques, des engagements internationaux fermes doivent être pris, que nos modes de vie doivent devenir sobres pour rester heureux.

Pour notre part, nous nous engageons dans cette transition à notre niveau, avec les nouvelles générations. Nous sommes convaincus que cette voie permet de renforcer le goût de la vie et de le transmettre – en restaurant les équilibres naturels, en renonçant à l’égoïsme du « toujours plus », au bénéfice d’un « enfin mieux ». Mais nous savons aussi que sans forte volonté affichée par le pouvoir politique, et en l’absence de réglementations portant les mesures qui s’imposent pour concrétiser cette volonté, tous nos efforts seront vains. C’est pourquoi nous nous adressons à vous.

Nous avons le droit et le devoir de rêver un monde meilleur pour nos petits-enfants.

 

 

 

Madame…..

Monsieur…..

Je vous demande/Nous vous demandons de prendre et d’accompagner les décisions nécessaires pour réorienter notre mode de développement pour éviter le réchauffement planétaire.

Car la réponse politique à ce défi reste encore très insuffisante à la fois au niveau mondial et au niveau européen et belge. L’accord européen qui a été atteint fin octobre 2014 est insuffisant pour garder la planète à l’abri d’un réchauffement de plus de 2°C. L’accord de principe entre la Chine et les USA est un important signal politique mais il reste un long chemin pour traduire en engagements effectifs et en politiques nouvelles ces bonnes paroles lors des prochaines rencontres multilatérales, et surtout à Paris en décembre 2015.

En effet, nous voilà aujourd’hui à quelques mois de la conférence des Nations Unies à Paris qui sera déterminante pour la capacité de l’humanité à répondre au défi climatique et à protéger les générations futures du chaos. L’objectif premier de cette conférence est de conclure un accord mondial, applicable à toutes les parties à partir de 2020, incluant des objectifs contraignants de réduction des émissions de gaz à effet de serre en adéquation avec la limite des + 2°C.

Je suis/Nous sommes membre(s) du mouvement « Grands Parents pour le Climat[1] » récemment créé en Belgique francophone, à l’image d’autres mouvements de grands-parents dans le monde. À ce titre, nous vous interpellons aujourd’hui pour vous demander : en tant que Ministre de l’Environnement, ou député(e) membre de la Commission concernée par cet enjeu, qu’allez-vous faire pour ralentir le changement climatique et conserver « une terre à vivre » pour nos petits-enfants ?

Quelle position belge allez-vous défendre au Conseil européen ?

Quelle position de l’Union européenne soutiendrez-vous dans les négociations à Paris ?

Que comptez-vous faire dans les mois qui viennent et au-delà  pour donner une large assise à la politique du climat en Belgique et faire sortir notre pays des blocages inter-régionaux concernant les objectifs d’efficacité énergétique et de développement des énergies renouvelables ?

Comment allez-vous soutenir les élus à tous les niveaux de pouvoir pour réaliser dans leur gestion des objectifs ambitieux de réduction des émissions de GES ?

En cette année cruciale, les « grands-parents pour le climat » ont décidé d’exercer leur vigilance envers tous nos élus sur ces questions. Nous attendons votre réponse dans les meilleurs délais avec confiance dans votre désir de protéger l’avenir, mais aussi avec la vigilance qu’impose la faiblesse des décisions politiques sur cette question jusqu’à présent.

Nous continuerons à dialoguer avec vous jusqu’à la conférence de Paris, et après pour la mise en œuvre de nos engagements.

En tant que membre des « Grands-Parents pour le Climat » :

Signature …

[1] http://gpclimat.be

 

 

Partager ceci sur vos réseaux sociaux

Lecture conseillée...

Newsletter Powered By : XYZScripts.com