« Quel monde pour demain? Dialogue entre générations »

Esmeralda de Belgique, Sandrine Dixson-Declève, Adélaïde Charlier, Anuna De Wever

Ed. Luc Pire, Waterloo, mars 2021, 176 p., 18 €

Voilà un livre indispensable pour toute personne intéressée par la crise climatique.

D’abord par la qualité des quatre femmes d’exception qui en sont à la base : Esmeralda de Belgique, présidente du Fonds Léopold III pour l’exploration et la conservation de la nature, Sandrine Dixson-Declève, co-présidente du Club de Rome, Adélaïde Charlier et Anuna De Wever, co-fondatrices du mouvement Youth for Climate Belgium. La princesse Esmaralda et Adelaïde Charlier ont participé à notre AG du 30 mars.

Ensuite parce que ce livre qui se lit comme un roman donne un excellent condensé de la problématique climat : ligne du temps, enjeux, pistes d’action.

Enfin parce qu’il est le fruit d’un dialogue intergénérationnel, particulièrement pertinent pour un défi majeur impliquant des générations passées, présentes et futures.

A l’heure où ces lignes sont écrites, tous les signaux de la crise climatique sont au rouge vif : inondations dramatiques dans notre pays et dans d’autres parties du monde, incendies catastrophiques en Europe et en Amérique, nouveau rapport extrêmement inquiétant du GIEC. Autant de nouvelles et graves alertes survenues après la publication du livre et qui ne font qu’en souligner le bien-fondé. 

Les auteures ne craignent pas d’afficher des positions catégoriques à la hauteur des enjeux. En voici quelques-unes :

  • la cause du climatoscepticisme « réside dans l’idéologie du fondamentalisme de marché » et dans « un ensemble plus large de croyances généralement rangées sous la bannière du néolibéralisme »
  • « lorsqu’on a suffisamment étudié la question, on se rend alors compte que c’est tout le système qu’il faut remettre en question »
  • « le capitalisme néolibéral nous a conduits à une catastrophe écologique. Il a de plus creusé les inégalités dans le monde »
  • « la mère de toutes les solutions, c’est de rompre notre dépendance aux énergies fossiles »
  • « le sursaut viendra d’un combat collectif » (…) contre « la course effrénée au profit et à la croissance au-delà de ce que peuvent supporter les écosystèmes ».

Paroles excessives, diront les sceptiques. Mais paroles de personnes peu suspectes d’ultra-gauchisme, et en pleine cohérence avec les catastrophes naturelles toutes récentes qui montrent que les cataclysmes dus au réchauffement du climat ont déjà commencé, et pas seulement dans les pays lointains, mais aussi chez nous.

Le genre humain est à la croisée des chemins et face à son destin. La société civile, toutes générations confondues, doit s’approprier ce combat et faire pression sur les dirigeants politiques et économiques pour que les changements indispensables soient enclenchés. D’urgence.

Au bout de ce chemin, la récompense sera grande : une vie plus saine parce que plus sobre, plus sûre parce que plus respectueuse de la nature, plus heureuse parce que plus juste.

« Quel monde pour demain ? » – à lire sans attendre.

Francis Panichelli

Vous aimerez aussi...

Newsletter Powered By : XYZScripts.com